• Est-on alcoolique à vie ?

    Pour en finir avec certaines idées reçues.

    Publié le 22-08-2011
    Temps de lecture Temps de lecture : 3 minutes

    Avatar de Pierre Veissière

    Par 
    psychosociologue
     

    SANTÉ. Un ancien alcoolique qui s'est sorti de cette maladie, peut-il reboire un verre de temps à autre ? Pierre Veissière, psychologue, démontre qu'il n'y a malheureusement pas d'entre-deux lorsqu'on a déjà été dépendant à l'alcool. Édité par Maxime Bellec  Auteur parrainé par Aude Baron

    L'alcoolique qui s'arrête de boire pour effectuer un sevrage caresse un rêve : celui de cesser de boire pendant le temps nécessaire à bien évacuer toute trace d'alcool de l'organisme, et ensuite, après cette purification, de pouvoir reboire normalement, comme tout le monde mais, cette fois, raisonnablement.

    (Photo : dalbera - Flickr - cc)

    (Photo : dalbera - Flickr - cc)

    Une personne qui a un usage nocif de l'alcool, qui s'alcoolise trop, ou trop fréquemment, est capable de diminuer sa consommation d'alcool si elle n'est pas alcoolique au sens strict, c'est-à-dire si elle n'est pas alcoolo-dépendante.

    Mais si elle l’est devenue, elle n'a pas, ou elle n'a plus, la capacité de maîtriser sa consommation d'alcool. Elle ne peut désormais ni la diminuer durablement, ni l'arrêter. Malgré les dégâts causés. Malgré la connaissance des conséquences néfastes.

    Un alcoolo-dépendant, dans l'alcool, ne peut pas s'empêcher de boire. Ceci est vrai pour les buveurs quotidiens comme pour les alcooliques intermittents. Il est donc fondamental de faire le diagnostic de dépendance, puisque le "consommateur excessif", dûment informé des risques qu'il encourt, peut arrêter sa consommation, ou la diminuer, alors que le dépendant en est incapable.

    Taper "suis-je alcoolique ?" sur Google, et passer les questionnaires Audit, DSM IV… donne de bonnes premières indications. En cas de dépendance, dans l'état actuel des connaissances avérées, la condition nécessaire pour enrayer la maladie est l'abstinence. Totale, définitive, l'abstinence complète. C'est le fait brut, sans considération sentimentale : si l'on cesse de boire, la maladie est endiguée. 

    Je ne connais pas, et les associations d'entraide non plus, de cas d'alcoolo-dépendants confirmés qui puissent reboire impunément. Dans les zones cérébrales impliquées, dans le fonctionnement des neurotransmetteurs, il s'est produit des modifications définitives. Si on remet de l'alcool dans le circuit, les mécanismes acquis sont réactivés instantanément, comme jadis. Autrement dit : alcoolique un jour, alcoolique toujours.

    Il n'y a donc pas d’ "anciens" ou "ex-alcooliques", il y a des alcooliques qui boivent, et des alcooliques rétablis qui ne boivent pas du tout d'alcool. Des alcooliques abstinents. Qui sont toujours des alcooliques, mais sans présenter aucun des symptômes de l'alcoolique "en activité".

    Le temps d'abstinence ne fait rien à l'affaire : si un alcoolique reboit un verre, après deux ans, dix ans, vingt ans, s’il oublie qu’il est alcoolique, il rechute. C'est à dire qu'immédiatement, ou après un court laps de temps, il va se remettre à boire comme avant, à nouveau sans pouvoir s'arrêter. La rechute peut être plus ou moins grave (elle peut être mortelle), plus ou moins longue, mais il y a rechute, et en aucun cas une simple reconsommation, ni une nouvelle virginité.

    (Patrick Silva - Flickr - cc)

    (Photo : Patrick Silva - Flickr - cc)

    Par rapport à l'ingestion d'alcool, un alcoolique est toujours alcoolique, sa vie durant.

    Poser cette question "Est-on alcoolique à vie ?" laisse entendre en filigrane qu'on voudrait bien que ce ne soit pas le cas. L'alcoolisme demeure quelque part une déficience honteuse. C'est un mot précis mais qui reste aussi une injure. Pour passer l'éponge, effacer le passé, il faudrait que le comportement redevienne socialement normal, que l'alcoolique, maintenant assagi, puisse boire "comme tout le monde". Sinon la réintégration dans le troupeau n'est pas complète, la stigmatisation demeure.

    Ce que les gens ne voient pas d'emblée, ni les abstinents de fraîche date, ni le reste de la société, c'est qu'être alcoolique à vie est plus proche de la bénédiction que de la calamité. L'alcoolique qui durablement ne boit pas d'alcool, peut se rétablir dans tous les autres aspects de son existence et, souvent, avoir une vie meilleure que dans la partie alcoolisée. L'abstinence est le passage obligé qui lui permet de reconquérir qualité de vie, liberté, bien-être.

    Mais, pour l'instant, l'image déplorable de l'abstinence occulte encore souvent cette perpective.


  • Commentaires

    1
    martinphilippe
    Vendredi 13 Septembre 2013 à 23:41

    Bonsoir ,

    Je suis désolé de vous contredire concernant la diminution pour arriver à l'arrèt total de la consommation d'alcool .

    J'ai réussi de cette manière , je sais que cela est rare , mais je regrette de devoir lire que ce n'est pas possible .

    Cette perspective est toujours écartée et pourtant , combien de malades ne se sentent pas capable d'arréter du jour au lendemain , je reste convaincu que c'est une erreur de leur faire croire qu'ils ne peuvent faire autrement que passer par une abstinence totale et définitive du jour au lendemain .

    Que risque t'on de toute manière à ce qu'il essait ? rien , le risque est prit par le malade alors peu importe de quelle manière on y arrive le principal c'est de réussir .

    Je souhaite réellement un débat sur ce sujet

     

    philippe

    2
    Samedi 14 Septembre 2013 à 09:18

    Merci Philippe pour ton intervention. Je ne peux parler de mon vécu qu'en tant que fumeur seuvré depuis 25 ans, en m'y prenant progressivement aussi. Mais il m'arrive toujours de ressentir des pulsions dans des situations scabreuses. J'arrive à rester abstinent, mais je suis toujours étonné des ressources de la nicotine... Et que se passerait-il si je m'en grillait une? Retour à la case départ? J'imagine que l'alcool n'est pas innocent. Plus de pulsions pour toi?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :